Bienvenue sur le nouveau site de www.paris-communiques.com
Les communiqués de presse en direct Paris & Ile de France
Communiqué de presse : société / vie sociale

Villes sûres, Villes intelligentes : villes ingénieuses

www.genetec.com/fr

Communiqué le 12/12/2016
Tribune Rédacteur : Pierre Racz, Président de Genetec Inc. www.genetec.com

Aujourd'hui, plus de la moitié de la population vit en ville, et ce chiffre devrait passer à 70 % d'ici 2050. Ces grandes migrations vers les zones urbaines impliquent de nombreux nouveaux défis, notamment veiller à ce que tous les citadins puissent vivre en harmonie dans une ville « sûre », reposant sur les avancées technologiques du concept de « Ville intelligente ». Or, dans les faits, dans la plupart des villes, ces deux aspects — celui de ville sûre et celui de ville intelligente — sont séparés et isolés.


Ces quatre dernières années, de plus en plus de maires et de directeurs informatiques ont promu l'idée d'intégrer le concept de ville intelligente dans le cadre d'une stratégie plus large consistant à attirer et à retenir les résidents, les talents et les entreprises.
Le concept de ville intelligente repose sur une vision utopique. Des capteurs seront intégrés dans presque tous les aspects de notre infrastructure urbaine. Ils collecteront des données, communiqueront entre eux et rendront ces données exploitables. Les projets les plus avancés seront ceux qui pourront également y détecter les schémas non naturels, représenter les données de manière intelligible et même prendre des décisions intelligentes en fonction de ces données. On cite souvent comme applications pratiques du concept de ville intelligente les véhicules sans chauffeur qui communiquent avec d'autres véhicules, ainsi que l'infrastructure pour fluidifier le trafic et réduire le nombre d'accidents. Autre exemple, des éclairages publics capables de collecter des données sur la sécurité et le trafic afin de les transmettre à d'autres fonctions, et rendre ainsi la ville plus sûre.
Toutefois, au fur et à mesure que les villes ajoutent des couches supplémentaires de systèmes et logiciels de collecte des données pour soutenir leur « ville intelligente », l'augmentation du nombre de vulnérabilités devient lui aussi préoccupant. Cette incroyable quantité de données doit être non seulement sécurisée et « verrouillée » contre les cyber-attaques, mais également cryptée pour en assurer la confidentialité.
Bon nombre de villes utilisent des systèmes de données propriétaires séparés et « friables » qui ont été conçus pour répondre à des besoins très spécifiques mais qui, aujourd'hui, ne correspondent plus à la réalité à cause de l'évolution des besoins. En adoptant un système à l'architecture ouverte capable d'évoluer pour s'adapter au nombre croissant de données et de réduire les risques logiciels à l'aide des toutes dernières mesures de sécurité, les villes intelligentes disposeront de l'infrastructure d'information nécessaire pour se développer et s'assurer d'avoir les meilleures données d'analyse. Elles pourront en outre se protéger contre les cyber-attaques et garantir ainsi la confidentialité des données du public.
Malgré certaines divergences, toutes les parties prenantes s'accordent à dire qu'une ville intelligente est une ville via laquelle la technologie résolument moins frustrante, plus dynamique, plus transparente et plus fiable et plus efficace. Une autre réalité est l'utilisation croissante de capteurs et d'appareils connectés dans les villes, une tendance qui devrait s'accentuer dans un futur proche.
Alors que le concept de ville intelligente peut avoir plusieurs interprétations, celui de « ville sûre » est, quant à lui, bien concret. La plupart du temps, on associe le concept de ville sûre à la surveillance effectuée par les forces de l'ordre pour lutter contre la criminalité. Toutefois, dans les faits, ce concept est bien plus vaste et intègre la sûreté économique (sécurité de l'infrastructure qui assure les moyens de subsistance de la communauté) et la sécurité civile — l'intégrité et la sûreté des ponts, des voies piétonnes, des pistes cyclables et des carrefours.
Par exemple, dans de nombreuses villes, les grands stades sportifs appartiennent à des entreprises privées dont les activités ont un impact majeur sur les autres parties prenantes de la zone urbaine : la police, l'administration locale et la régie des transports, pour ne citer qu'elles. Inévitablement, la première préoccupation des forces de l'ordre est d'assurer la sécurité et la sûreté de toutes les personnes qui assistent au match. La régie de transport, quant à elle, veillera à contrôler le flux du trafic autour du stade pour garantir qu'il ne gênera pas les autres déplacements dans la ville, tels que l'accès aux zones commerciales ou aux hôpitaux avoisinants.
 
Trouver le bon équilibre implique des compromis de chaque côté. En aucun cas, la poursuite de l'un de ces objectifs ne peut faire du stade une « proie facile », ou au contraire, un « anneau d'acier » hostile aux citadins. Par ailleurs, il n'y a aucune raison pratique pour laquelle une même infrastructure sous- jacente ne pourrait pas profiter aux deux parties. Par exemple, les caméras de surveillance du trafic présentes dans la zone pourraient être diffusées via un flux séparé vers une salle de contrôle des forces de l'ordre uniquement les jours de match. Si cela pouvait donner à la police une meilleure visibilité du trafic à l'approche du stade et éviter de devoir placer des barrages qui ralentiraient le trafic, tout le monde serait gagnant.
Toutefois, cela ne peut marcher que si les différents acteurs de la ville, qui généralement ne se parlent pas, décident de se concerter et de collaborer activement. Cela nécessite un gros effort, mais n'implique pas forcément des dépenses inconsidérées. Nous recommandons un concept que nous appelons Fédération. Chaque acteur conserve l'accès à sa propre plate-forme mais a le choix de partager cet accès avec d'autres acteurs de la ville dès lors que c'est justifié.
Cela soulève bien évidemment de nombreuses questions pour chaque acteur de cette initiative plus large de ville intelligente : comment trouver l'équilibre entre confiance et réactivité ? Comment garder le contrôle de nos données dès lors que nous partageons l'accès en dehors des frontières de l'entreprise ? Comment s'assurer de la véracité des données et de la chaîne de responsabilité ? Que devons-nous partager, et dans quelle mesure ? Dans quels cas devons-nous partager les données ? Devons-nous uniquement partager certaines données dans des circonstances de sûreté publique très spécifiques telles qu'immédiatement après un incident critique?
Former les bons partenariats et répondre à ces questions peut prendre du temps. Mais c'est une condition sine qua non pour créer une ville qui soit véritablement intelligente, sûre et, surtout, ingénieuse. La technologie peut nous y aider jusqu'à un certain point, mais c'est en associant les bonnes personnes et en formant les bons partenariats que nous pourrons créer un modèle suffisamment souple pour s'adapter et se développer en fonction de l'évolution constante des besoins de la population urbaine.

Contact presse :
Contacts Presse
Martha de Monclin
Mail : martha@bijoupr.com Tél: 06 63 44 33 74
Martine
martine@bijoupr.com
Tél:06 60 38 20 03

En savoir plus : http://www.genetec.com/fr


Retour page précédente

Pub
Lusopassion, le magazine des cultures lusophones LusoPassion.com, le magazine des cultures lusophones en France
Lien partenaire
MinibusParis.com
Service de location de minibus à Paris
Paris-communiques.com dans les autres régions
Pour retrouver l'ensemble des communiqués de presse diffusés sur notre plateforme :
1001PARIS
Annuaire Web Paris