Bienvenue sur le nouveau site de www.paris-communiques.com
Les communiqués de presse en direct Paris & Ile de France
Communiqué de presse : culture

L'art, poule aux oeufs d'or de l'économie informelle

O2PR

Communiqué le 12/09/2018

Les trafics illicites d'art ancien, une manne historique

L'art est aussi un point essentiel du financement dans les zones de conflit : depuis plusieurs années, c'est au tour de l'État Islamique (EI) d'être au centre de l'attention. Si le groupe djihadiste se pose comme étant en croisade contre l'Occident et se veut destructeur des civilisations passées et présentes non conformes à sa doctrine, détruisant les antiques temples irakiens ou les mausolées maliens, les rapports avec l'Ouest ne dérangent pas le groupe lorsqu'il s'agit de financement. Ainsi, lorsque les sites historiques sont pillés, de nombreux objets sont préservés pour être par la suite vendu à des collectionneurs.


Selon Michael Danti, un archéologue et conseiller du département d'État américain, « une fois pillés en Syrie et en Irak, ces objets entrent dans un marché souterrain. C'est un problème qui durera des années ». À l'instar des objets d'art volés il y a plus de 70 ans par les Nazis, dont certains resurfacent ponctuellement, les conséquences des pillages de l'EI pourraient s'étendre sur plusieurs décennies.


Si les pillages posent problème en termes d'éthique et d'archéologie, ils sont d'autant plus importants dans la lutte contre le terrorisme. Pour compenser la baisse du prix du baril de pétrole, les trésors archéologiques sont de plus en plus importants dans le financement du terrorisme.


En 2015, suite aux attentats ayant touché Paris au mois de novembre, le président François Hollande s'était rendu au siège de l'UNESCO, annonçant sa volonté de lutter contre le trafic d'art, qui il y a trois ans représentait environ 20% des recettes du groupe terroriste. « Il faut savoir qu'en ce moment même l'organisation terroriste Daech délivre des permis de fouille, prélève des taxes sur des biens qui vont ensuite alimenter le marché noir mondial. La France a donc décidé d'introduire un contrôle douanier à l'importation de biens culturels », déclarait-il.


Les biens trafiqués, pillés dans des sites irakiens et syriens par des individus disposant de licences de fouilles accordées par l'EI, traversent alors les frontières par la Turquie et le Liban, pour être par la suite acheminés en Europe, via la Bulgarie et la Roumanie, et en Asie, transitant par la Thaïlande et Singapour, parfois dissimulés au sein de produits d'exportations, tel le coton, les fruits ou les légumes.


Une fois arrivés, les objets peuvent être stockés pendant des années avant d'être vendus, et leur provenance illégale est dissimulée à l'aide de faux certificats, afin de contourner la convention UNIDROIT, obligeant les vendeurs d'art à prouver l'origine des biens et de l'art vendu. Dans ce cadre, les groupes terroristes profitent de l'aspect « marché gris » des antiquités, qui repose sur la confiance, la discrétion, et les “Janus”, des marchands situés entre le marché noir et le marché légal (Jens Beckert, Matias Dewey, « The architecture of illegal markets« ), qui tirent leur nom du dieu romain des passages, au double visage.


La contrefaçon d'art, le nouvel enjeu ?

Sur le marché de l'art, et dans les ventes de grandes maisons, on retrouve notamment beaucoup d'imitations. Pour l'Office central de la lutte contre le trafic de biens culturels (OCBC), la contrefaçon est devenue la priorité.


Des tableaux, mais aussi des meubles antiques sont reproduits ou créés de toutes pièces par des faussaires ingénieux, comme l'illustrent plusieurs scandales. Et le château de Versailles est l'une des victimes de ce trafic : entre 2008 et 2012, le prestigieux bâtiment de la région parisienne avait acquis six sièges du XVIIIe siècle pour la modique somme de 2,7 millions d'euros, qui étaient en réalités des imitations. Elles avaient été commandées à un ébéniste par l'expert Bill Pallot, travaillant pour la galerie Didier Aaron & Cie de Hervé Aaron, l'ex-propriétaire des sociétés d'art américaines gérées par le notoire Yves Bouvier. En 2011, c'est le Louvre qui avait failli acheter une commode à 10 millions d'euros, avant de se rendre compte qu'il ne s'agissait pas d'un original de l'époque. Des cas qui laissent supposer la réussite de nombreux faussaires, et un trafic très lucratif.


Si l'OCBD se préoccupe principalement de la contrefaçon, l'Union européenne a notamment lancé un appel d'offre aux chercheurs, concernant l'état du trafic, qu'il s'agisse de faux, d'antiquités ou d'art moderne, en Europe. Une étude complétée dans les mois à venir qui permettra d'établir, par la suite, les priorités de la lutte dans ce marché noir bien trop souvent sous-estimé.

Contact presse :
+380996187157



Retour page précédente

Pub
Lusopassion, le magazine des cultures lusophones LusoPassion.com, le magazine des cultures lusophones en France
Lien partenaire
MinibusParis.com
Service de location de minibus à Paris
Communiqués les plus consultés :
    Paris-communiques.com dans les autres régions
    Pour retrouver l'ensemble des communiqués de presse diffusés sur notre plateforme :
    1001PARIS
    Annuaire Web Paris